Arrêtez le jeu de massacre

le RDM est en ordre de marche

 

Arrêtez le jeu de massacre !



Je me demande pourquoi tant d'énergies, tant de volontés à créer le doute dans la tête des martiniquais sur la question de l'évolution institutionnelle pour la Martinique et, pourquoi pas, pour les Antilles françaises placées à 8000km du pouvoir central ?

 

C’est vrai que l’idée même de progrès suscite la méfiance, la prudence, la crainte de perdre les acquis, ce que l’on connaît, ce que l’on a gagné, d’autant que l’inconnu est toujours source de malentendus, de bouleversements et d’incertitudes, mais à ce point !

Tant  de déchaînements de malveillance et de mauvaise foi se révèlent, me semble t il, comme étant du mépris à l’égard de ceux qui veulent comprendre, qui veulent savoir, qui veulent connaître et qui veulent vivre tout simplement dans ce pays de la meilleure façon qui soit. Nous en avons bien le droit.  

 

Oui, je crois que tant de bêtises déversées quotidiennement dans les médias par ceux qui estiment que les Martiniquais ne comprendront jamais les enjeux d’une évolution moderne pour le développement cohérent de la Martinique, ceux là même qui disent agir dans l’intérêt de la Martinique, en fait, méprisent les martiniquais.

 

En 2003 toutes ces personnes, aujourd’hui parfaitement identifiées et visibles, criaient "chatt an sac" (perte des avantages sociaux, perte des avantages européens, exclusion de la république française,...etc ) à l'oreille du peuple martiniquais qui devait choisir entre le statut quo (l’immobilité) et une toute simple orientation en faveur d’une assemblée délibérante unique et une collectivité unique (l’évolution institutionnelle).

 

Aujourd'hui tous ces délateurs du progrès pour notre pays se répandent encore en mensonges et pathétiques allégories pour recréer le même climat de peur, de doute, d'incertitudes sur l’évolution moderne de notre relation avec le gouvernement.

 

Quand on leur demande d’expliquer leur propre évolution sur la question, parce qu’ils acceptent enfin 6 ans plus tard, la création d’une assemblée délibérante unique et une collectivité unique, donc l’évolution institutionnelle qu’ils avaient refusé en 2003, ils ont peine à dire qu’ils sont d’accords parce que le chef de l’Etat reconnaît le bien fondé d’une telle évolution.  Ils estiment que les Martiniquais sont prêts pour l’assemblée unique et la collectivité unique mais, attention, mal préparés à des compétences pourtant attendues par tous et nécessaires au règlement des affaires des martiniquais par les martiniquais eux mêmes.

 

Alors on n’y comprend plus rien si ce n’est que de regarder le jeu de massacre dont certains sont devenus des spécialistes, qui consiste à tirer avec rage sur les exécutifs et les majorités des deux assemblées locales. Parce que les élus politiques responsables demandent depuis de nombreuses années, dans le droit fil de la politique d’Aimé Césaire, de domicilier le pouvoir ou une partie du pouvoir en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane.  Responsabilités et adaptations, règlements et gestion des moyens, voila ce que demandent les Martiniquais dans le cadre de la constitution française. Et cela est tout à fait possible comme cela est prévu dans la constitution. Voila ce qu’a bien compris le chef de l’Etat, voila ce qu’a bien compris le peuple Martiniquais.

 

Pour garder la main, pour mieux faire la différence avec l’exécutif du Conseil régional, avec le Président du Conseil général, on devient expert en tautologies, on se découvre en amuseurs publics et débatteurs de rue, de quartier, de ruelles et de courettes, avec la main sur la poitrine et des envolées verbales pathétiques et vides de sens pour mieux toucher la misère et l’indigence. Tous les moyens sont bons, même les plus bas et les plus condamnables, comme faire encore peur aux gens qui souffrent. On cherche à tout prix à ridiculiser les élus martiniquais, on prédit les pires catastrophes, les pires ennuis et les pires scénarios de malheur en exploitant la douleur des autres, pour mieux exister. Et puis, c’est vrai, il est plus facile de faire peur que de créer la confiance parce que tout le monde sait que la route est longue et encore sombre.

 

Allons, caballeros y damas, ressaisissons nous, retrouvons la dignité et la fierté de ceux qui maîtrisent la lumière, la boussole et le compas, la technologie et la poésie de l’insularité ; soyons au niveau des enjeux de ce siècle qui vient, en valorisant nos atouts, nos capacités à dépasser la médiocrité et la petitesse. Personne n’est dupe de nos faiblesses, de nos insuffisances et de nos turpitudes, alors qu’elles participent à notre résistance à l’obscurantisme et à la dépression !

 

Ce pays a besoin de nous tous, autant de fils et de filles que nous sommes.

Ensembles, avançons sur la voie de la réussite de la Martinique intelligente et prospère.

Arrêtez le jeu de massacre !

 

J.A

 

 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×