Objectif 74 à Schoelcher

 

Réunion Comité OBJECTIF 74 , le 10 septembre 2009 à Schœlcher

 

Invitation ouverte pour initier au contenu de l’OBJECTF 74.

 

De nombreuses  personnes de tous âges et de toutes conditions sociales ont assisté à la 1ère réunion  d'information du Groupe OBJECTIF 74 à l'hôtel de ville de Schoelcher. 

 

Quelques étudiants en âge de voter étaient activement présents puisqu'ils ont proposé l'ouverture de leur site "Martinikalite" à l'information vers le plus grand nombre. Ils se sont dits prêts à transmettre les réponses qui seront données à leur questionnement pour éclairer leurs nombreux camarades des campus antillo-guyanais et du continent.  Demain, a-t-on entendu dans la salle, les jeunes d’aujourd’hui seront appelés à gérer les affaires de la Martinique, en sachant que plus rien ne sera comme avant. La jeunesse, en fait, veut qu’on leur rappelle ce qui s’est passé avant pour comprendre pourquoi il est important d’évoluer autrement. Il leur appartient bien entendu de s'informer, de se documenter, avec tous les moyens modernes mis à leur disposition. Les analyses de la jeunesse sont importantes pour les anciens militants.

 

Le maire conseiller général de Schoelcher, Luc Louison CLEMENTE, a souhaité la bienvenue et a félicité l'initiative. Louis BOUTRIN, le porte parole de OBJECTIF 74  a fait un brillant exposé audiovisuel sur les enjeux d'un nécessaire changement institutionnel  pour la Martinique.  "Il faut aussi rappeler que nous sommes déjà dans le cadre de l’article 73 contre lequel les électeurs Martiniquais avaient répondu majoritairement NON à la consultation de 2003 (...), la Martinique dispose encore des deux assemblées qui constituent une surcharge administrative sur un seul territoire (...) Tout cela pose donc problème. Majoritairement, les Martiniquais sont aujourd'hui pour une assemblée unique…"

Preuve manifeste d'une évolution des mentalités et des choix depuis 2003 certainement aidée par les explications favorables des élus Martiniquais responsables, des partis et des organisations politiques en faveur du changement, mais aussi, et très certainement, après le discours du 26 juin 2009 du Président de la République prononcé à l'aéroport-Aimé-Césaire.  

 

Cette première réunion à Schoelcher n'était pas réservée à des spécialistes, ni à des groupes politiques qui pourraient trouver là une tribune pour exposer leur position, il s'agissait avant tout d'une rencontre qui permettait l'échange entre personnes soucieuses de connaître le contenu de la Constitution et notamment l’article 74, d’analyser et d’échanger sur  les perspectives qu'offre ce texte de loi de la Constitution française.

 

Animé par Gérard DORWLING-CARTER, un mini débat s'est instauré dans la salle, pour ou contre l'évolution au sein de l'article 73 qui nous régit actuellement, et que beaucoup trouvent limité.  Surtout par son incapacité à nous permettre de réglementer dans les domaines qui touchent de près le pays et les Martiniquais, tel le transport, le logement social, le foncier, etc… D'autres ont compris la nécessité d'évoluer avec l'article 74 qui permet en effet de fixer ces « capacités à faire », notamment pour la proximité.  Le peuple Martiniquais qui a une histoire vraie, a besoin de traiter ses affaires au plus près, a clairement dit Alexandre MOURIESSE, l’ancien maire du Carbet et avocat de profession. Certains ont parlé aussi des méthodes employées par ceux qui estiment devoir rester immobile (i bon kon sa), qui distillent encore une fois l'éternel rengaine du largage, de l'indépendance, de la perte des acquis sociaux, etc. Un discours aujourd’hui largement dénoncé par le Président de la République.  

Le débat fut riche d’autant qu’il avait l'avantage d'être clair : un membre du PPM pose encore la question de savoir si le 74 serait en mesure d’apporter l’autonomie telle qu’envisagée par LETCHIMY. Devant l’urgence, nous savons tous que l’état ne changera pas la constitution pour satisfaire l’alternative proposée par le maire de la capitale, parce que la Constitution est faite pour l'ensemble du peuple français et qu’elle ne peut être révisée qu’à condition de répondre aux préoccupations de l’ensemble des français ( à approfondir)... 

Un auditeur a posé la question à savoir qui va voter à la consultation. Il lui a été répondu que les seuls votants sont ceux qui sont inscrits sur les listes électorales de Martinique. Une dame du Nord voudrait des explications claires et brèves pour les transmettre aux intéressés de son secteur. Quelqu’un a rappelé les exemples de certains TOM, de St-Martin et de St-Barthélémy, voire de Mayotte. Des modèles qui ne correspondent pas aux besoins de notre pays, notre solution ne s’accommode pas au copier-coller lui a répondu l'animateur.

 

Le travail ne fait donc que commencer  selon le chroniqueur L. LITAMPHA.

 

 
 
 
 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site