Christiane Bauras explique

 

Christiane BAURAS, Conseillère générale du François

Conférence de presse du Comité de pilotage du

Rassemblement Martiniquais pour le Changement,

lundi 05 octobre 2009

 

Nous sommes déterminés car définitivement convaincus que les Martiniquais ne peuvent plus se contenter d’être les spectateurs de leur histoire, privés des moyens réels d’agir sur leur devenir alors que la situation s’aggrave chaque jour davantage.

 

Le 29 juillet dernier, c’est ici même que nous avions pris rendez-vous. Il s’agissait alors d’annoncer au peuple martiniquais la constitution du Rassemblement Martiniquais pour le Changement.

Un événement en soi (n’ayons pas peur des mots) puisqu’il n’a pu échapper aux observateurs patentés de la vie politique martiniquaise que vous êtes, que des femmes et des hommes de la société civile, des élus et des organisations politiques aux sensibilités les plus diverses, décidaient de faire taire leurs divergences voire leurs rancœurs pour tendre vers un même but, un même idéal : engager notre pays sur la voie de la responsabilité et donc faire triompher l’évolution institutionnelle décidée par une écrasante majorité du Congrès des élus de Martinique les 18 décembre 2008 et 18 juin 2009.

Une évolution qui sera soumise, comme chacun le sait, au peuple martiniquais par voie référendaire.

Si nous avons souhaité vous rencontrer de nouveau aujourd’hui, c’est pour faire savoir au peuple martiniquais que le Rassemblement Martiniquais pour le Changement est à la fois prêt, déterminé et confiant dans la perspective de la consultation populaire (dont nous attendons la date dans les jours qui viennent) et donc bien entendu dans la perspective aussi de la confrontation avec nos adversaires quels qu’ils soient.

Nous sommes prêts car, vous vous en doutez, depuis le 29 juillet dernier nous n’avons pas chômé.

Et c’est ainsi qu’au terme de nombreuses séances de travail, d’échanges et de débats, dans un climat de respect mutuel, nous sommes en mesure de vous annoncer, que notre Rassemblement est désormais  structuré et en ordre de bataille.

Sur ce point précis, je ne m’étendrai pas davantage puisqu’il reviendra successivement à A. Rapon et F. Carole de vous entretenir précisément sur le parcours du comité de pilotage et les orientations du RMC. Entendez désormais  Rassemblement martiniquais pour le Changement.

Prêts nous le sommes donc. 

Déterminés aussi disais-je car chaque jour qui passe ne fait que renforcer notre conviction que la Martinique ne peut plus se permettre d’évoluer au gré des caprices du pouvoir central et des turpitudes de ses relais locaux qui ne se limitent plus à la seule droite comme chacun a pu le constater lors des récents débats au Sénat sur l’épineuse question du transport.

Au moins les masques seront-ils tombés plus tôt cette fois !

Nous sommes déterminés car définitivement convaincus que les Martiniquais ne peuvent plus se contenter d’être les spectateurs de leur histoire, privés des moyens réels d’agir sur leur devenir alors que la situation s’aggrave chaque jour davantage.

Car, est-il nécessaire de le rappeler, en faisant le choix de l’article 74, il ne s’agit pas pour nous de nous livrer à je ne sais quel exercice de numérologie.

Non, nous ne sommes pas des mystiques mais des hommes et femmes responsables qui avons exercé ou qui exerçons encore une fonction politique.

Et c’est précisément cet exercice de la responsabilité qui nous conduit à penser que le statu quo ne peut que nous conduire à une société bloquée et qu’il est urgent de mettre en place un cadre institutionnel permettant d’agir

- sur l’emploi en favorisant l’embauche des Martiniquais à l’emploi grâce au principe qui consiste à préférer à  qualification égale un originaire de Martinique.

- sur le logement en disposant d’un bloc de compétences pour répondre aux besoins des familles en souffrance en raison de l’inadaptation des dispositifs actuels

- sur la protection et la valorisation de nos ressources. A ce propos au moment où il est question de forage dans notre espace maritime est-il concevable que les élus locaux n’aient aucun moyen de contrôle?

- sur le transport en créant sur le territoire un périmètre et une autorité unique pour que les Martiniquais puissent bénéficier d’un service de qualité

Et je pourrais multiplier les exemples….

Je ne saurais terminer mon propos sans vous parler de la confiance qui nous anime tous au Rassemblement Martiniquais pour le changement.

Une confiance qu’il ne faut surtout pas confondre avec la suffisance ou l’arrogance de ceux qui croient détenir une vérité universelle et qui croient  les batailles  gagnées avant même qu’elles ne soient livrées.

Non, cette confiance nous vient du peuple martiniquais lui-même et de sa capacité, nous en sommes intimement convaincus, à résister au virus de la peur que certains s’ingénient à véhiculer à ne plus se laisser abuser par l’argument éculé du largage et de la perte des conquêtes sociales que l’on croyait à jamais « rangé au magasin des accessoires » pour parler comme Césaire.

Bref, nous croyons en la capacité de nos concitoyens à faire preuve de toute la lucidité nécessaire.

En tous cas, que l’on se le dise, nous sommes prêts à prendre notre bâton de pèlerin et à partir à la rencontre des Martiniquais dans chaque commune, chaque quartier, chaque morne pour leur dire que l’heure de la responsabilité a sonné.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site